La fin des temps

MURAKAMI Haruki

Article publié le mercredi 8 février 2012 par Philémont

Quatrième de couverture

Pour se rendre chez le vieux savant qui l’a engagé, un informaticien prend un ascenseur tellement lent qu’on ne sait pas s’il monte ou s’il descend. À l’arrivée, une jeune fille rondouillette et charmante l’accueille par un « C’est rat » pour le moins étrange. Mais son cou sent le matin d’été dans un champ de melons… Bienvenue au Pays des merveilles sans merci ! Un roman palpitant, aux frontières du quotidien et du merveilleux.

« À mon avis, généralement parlant, la dignité humaine d’une personne transparaît dans sa façon de choisir un canapé. »

Né à Kobé en 1949, Haruki Murakami est notamment l’auteur de La Course au mouton sauvage et Chroniques de l’oiseau à ressort en Points. La Fin des temps a obtenu, au Japon, le prix Tanizaki.

« Haruki Murakami s’est construit un univers sans limites, aux confins de tous les possibles. » Télérama

L’avis de Philémont

La fin des temps est un roman à deux voix. Le premier fait référence au « Pays des merveilles sans merci », le second à la « Fin du monde ». Bien entendu le lecteur imagine très vite que les deux univers sont liés, mais il est bien incapable de savoir comment, ce qui est tout l’enjeu du roman d’Haruki MURAKAMI.

La Fin du monde, c’est la ville de Tokyo de nos jours, et dans laquelle un informaticien est engagé par un vieux savant pour effectuer des recherches pointues. Le Pays des merveilles sans merci, c’est un univers clos dans lequel vivent des licornes et est engagé le second narrateur comme liseur de vieux rêves. Les chapitres se succédant alternativement entre l’un et l’autre univers, le lecteur est ainsi plongé dans un monde dual étrange et dans lequel MURAKAMI peut exprimer pleinement toute sa poésie.

Comme d’habitude avec cet auteur, le lecteur peut être de prime abord troublé par le récit dans lequel il est plongé. Néanmoins la prose est si belle, et le roman si bien construit, que c’est sans mal qu’il se laisse prendre au jeu pour entrer pleinement dans l’histoire. Et c’est sans même s’en rendre compte qu’il prend conscience qu’Haruki MURAKAMI, derrière l’apparence d’un récit confus et décousu, évoque tout simplement des thèmes universels sur la vie humaine au sens large.

C’est d’ailleurs en cela que MURAKAMI est un auteur hors norme, donnant la sensation de toucher au subconscient des lecteurs par le biais de petites histoires aussi simples qu’improbables. C’est une expérience que l’on souhaitera à coup sûr renouveler dès lors que l’on aura su transcender le premier degré du récit.


Réactions sur cet article

Aucune réaction pour le moment!



 
Propulsé par SPIP 1.9.2g | Suivre la vie du site RSS 2.0