L’appel de la nébuleuse - Claude ECKEN

Nouvelles & Extraits

Article publié le samedi 26 mars 2011 par Philémont

Les premières lignes

La Nébuleuse, un ventre de soleils en gestation perdu dans l’immensité du vide. Un vide plein, frissonnant d’énergie contenue, prête à amorcer, par une mystérieuse alchimie, les complexes processus de naissance de la matière. Le nuage de gaz et de poussières déploie de riches promesses dans ses lentes invaginations. Le théâtre de son silencieux ballet brille de milliards d’yeux cyclopes rayonnant de fascination. Les soleils en arrière-plan éclairent la scène où la nébuleuse exécute sa danse sensuelle, projecteurs révélant sous la transparence des voiles vaporeux les formes fécondes de son si vaste corps. Ses deux jambes longilignes, d’une longueur de trois quarts d’année-lumière, s’agitent au rythme du souffle stellaire qui émane de son centre. Son déhanchement millénaire présente à d’hypothétiques prétendants sa féminité stellaire.

L’avis de Philémont

Un homme face à son destin et à l’immensité d’une vaste nébuleuse. C’est le thème de cette nouvelle de Claude ECKEN sur la plateforme numérique du Bélial’.


Réactions sur cet article

Aucune réaction pour le moment!



 
Propulsé par SPIP 1.9.2g | Suivre la vie du site RSS 2.0