Nouvelles au fil du temps T1 : 1953-1970, Le chemin de la nuit

SILVERBERG Robert

Article publié le vendredi 15 octobre 2010 par Philémont

Quatrième de couverture

Ce premier opus des quatre volumes rassemblant chronologiquement les nouvelles les plus significatives d’une œuvre qui en comporte prés d’un millier « s’ouvre sur les textes de l’apprenti que j’étais à la fin de mon adolescence, au début des années 1950, pour passer aux récits compétents et enlevés du pro au regard averti que je n’ai pas tardé à devenir, avant de se conclure par les arabesques et sophistications de ma période » fin des années 1960 « , alors que j’entrais en pleine possession de mes moyens. » Robert Silverberg a écrit une introduction spécifique pour chacun de ces textes, qu’il a personnellement sélectionnes.

Né en 1935, extraordinairement prolifique sur le double plan de la quantité et de la qualité, il fut quatre fois lauréat du prix Nébula et cinq fois du prix Hugo. Avec la présente série de recueils, « manière autobiographie par le détour de la fiction », on pourra non seulement suivre le parcours d’une légende vivante du domaine, mais aussi revisiter sous un angle original l’histoire de toute la science-fiction moderne.

« Cette intégrale raisonnée prouve – si cela est encore nécessaire – que [Robert Silverberg] est le plus grand écrivain de science-fiction vivant. » Bifrost

L’avis de Philémont

Robert SILVERBERG est un nouvelliste prolixe, lui-même estimant le nombre de ses textes courts à un millier. Il reconnaît aussi que ces publications n’avaient bien souvent d’autre objectif que l’alimentaire, l’écriture devant alors être rapide et dédiée à une thématique suffisamment à la mode pour être vendue. Mais dans la masse de ce millier de nouvelles, certaines ont fait l’objet de toutes les attentions de l’auteur et ont contribué à faire de lui le grand écrivain de science-fiction que l’on connaît aujourd’hui.

Ses Nouvelles au fil du temps proposent un large échantillon de ces meilleurs récits. Ils ont été sélectionnés par SILVERBERG lui-même. De plus, l’auteur préface chacun des quatre volumes et introduit chacune des nouvelles, expliquant le contexte de leur édition originale, comme a pu le faire ASIMOV en son temps. Le tout est présenté dans l’ordre d’écriture, différent de l’ordre de publication, ce qui permet d’appréhender l’évolution de l’auteur tant dans le style que dans les thématiques développées.

Le résultat est une édition en quatre recueils imposants qui se posent comme une autobiographie illustrée de textes de fiction. Tous ne se valent pas, l’auteur le reconnaît lui-même. Mais l’ensemble se lit avec un plaisir non dissimulé quand, entre deux romans plus conséquents, on se replonge dans les univers de SILVERBERG, le temps de quelques nouvelles.

Le premier tome, sous-titré Le chemin de la nuit, couvre la période 1953-1970 en 41 nouvelles. Certains textes sont totalement inédits en France, d’autres très connus. Toutes les traductions sont au moins revues pour l’occasion, d’autres totalement nouvelles. Assurément, ces Nouvelles au fil du temps devraient être en bonne place sur le chevet des amateurs de science-fiction pendant un moment.


Réactions sur cet article

Aucune réaction pour le moment!



 
Propulsé par SPIP 1.9.2g | Suivre la vie du site RSS 2.0