Valentin de Majipoor (T3 Le Cycle de Majipoor)

SILVERBERG Robert

Article publié le dimanche 30 décembre 2007 par Cyrallen

Quatrième de couverture :

Depuis le retour sur le trône de Lord Valentin le Coronal, naguère encore jongleur sur les routes de la planète de Majipoor, il semblait que la paix puisse régner entre tous ses habitants, Humains, Hjorts, Métamorphes, Vroons et Skandars.

Pourtant, la magie semble s’en mêler. Des maladies frappent les récoltes, des monstres surgissent des forêts d’habitude paisibles de Majipoor.

Faudra-t-il faire la guerre aux Changeformes, les premiers habitants de la planète, jadis refoulés et massacrés par les Humains venus de l’espace ? Valentin, épris de paix, ne parvient pas à s’y résoudre. Majipoor va-t-elle sombrer ?

L’avis de Philémont :

Rien ne va plus sur Majipoor. Non seulement les Métamorphes sont restés sourds aux gages de bonne volonté de Lord Valentin, mais des maladies depuis longtemps disparues frappent de nouveau les récoltes de Zimroel, sans parler du comportement étrange des dragons dans la Mer Intérieure, ainsi que de l’apparition de toutes sortes d’animaux sauvages un peu partout à Zimroel. Lord Valentin profite alors de son Grand Périple à travers Majipoor pour faire face à tous ces fléaux…

Rien de bien nouveau sous le soleil de Majipoor, le rythme et l’effet de découverte en moins… Valentin reprend en effet la route pour effectuer le Grand Périple auquel il s’est soustrait pendant plusieurs années après sa restauration. Il est bien entendu accompagné de bon nombre de ses fidèles compagnons. Nous avons donc droit à de nouvelles descriptions de la planète géante, ce qui n’est pas franchement désagréable, mais peut paraître lassant à la longue. Cet effet est en outre amplifié par le rythme assez lent de la narration.

Robert Silverberg a en effet choisi se situer sa narration à quatre niveaux. Il y a bien sûr celui de Valentin, mais également celui de sa Cour, celui du peuple de Majipoor et celui de l’ennemi. C’est ainsi qu’un même événement peut être décrit coup sur coup du point de vue de plusieurs personnes différentes, à l’instar des cinq premiers chapitres consacrés uniquement au malaise du Coronal qui lui apporte la vision du chaos à venir. Cela donne indéniablement un intérêt à une intrigue relativement simple, mais cela donne également une impression de lenteur au récit qui ne sera probablement pas du goût de tous les lecteurs. Sachant que la psychologie des personnages n’est pas plus fouillée que dans Le château de Lord Valentin, et que le problème de la gestion du temps est toujours là, ce troisième volume du cycle de Majipoor est un niveau en dessous des premiers tomes.


Réactions sur cet article

Aucune réaction pour le moment!



 
Propulsé par SPIP 1.9.2g | Suivre la vie du site RSS 2.0