La Porte des Mondes

SILVERBERG Robert

Article publié le dimanche 30 décembre 2007 par Cyrallen

Quatrième de couverture :

"La Porte des Mondes est la porte au-delà de laquelle se tiennent en réserve tous nos avenirs. Et à chaque avenir possible correspond un monde possible, derrière la Porte."

L’avis de Cyrallen :

Cette uchronie prend sa source lors de la grande Peste Noire que subit toute l’Europe en 1348. Au lieu de laisser 3 survivants sur 4, comme dans le réalité, elle n’en laisse qu’1 sur 4, l’affaiblissant ainsi au profit des Turcs qui ne tardent pas à la conquérir. De leur côté, les Aztèques et les Incas disposent alors du temps nécessaire à la conquête de l’Amérique dont ils sont maîtres absolus en 1963, date où se déroule l’aventure. C’est là que le héros, du haut de ses 18 ans, quitte son Angleterre natale à peine rétablie de la main-mise turque pour le Nouveau-monde, où il espère faire fortune grâce à sa bonne étoile…

La Porte des Mondes, avec son titre attrayant, est un roman d’apprentissage qui nous permet d’apprécier les conséquences de la découverte prématurée, d’après Silverberg, de l’Amérique, tandis que les tribulations de Dan Beauchamp nous offrent une vision de Tenochtitlan, l’actuelle Mexico, paradoxalement très réaliste. Indispensable pour les amateurs d’uchronies. Néanmoins, une fois le contexte (excellent) posé, les péripéties se suivent, ressemblant alors à mon humble avis à n’importe quel roman d’aventure, leur conclusion devenant pour certaines légèrement prévisible. La deuxième moitié du roman me paraît plus faible de ce point de vue, tandis que la première vaut largement la peine d’être lue.


Réactions sur cet article

Aucune réaction pour le moment!



 
Propulsé par SPIP 1.9.2g | Suivre la vie du site RSS 2.0