9999 Norifumi (T5 La Série des Norifumi)

RIVET Jean-Marc

Article publié le samedi 29 décembre 2007 par Cyrallen

Quatrième de couverture :

Que se passe-t-il durant les dix premières secondes de notre existence ? … Ces dix secondes au bout desquelles notre mémoire est aussi lisse qu’il plage dont la mer vient de se retirer… A sa naissance, la fille de Léa et Norifumi voit ces dix secondes s’étirer et la Mort lui proposer un marché : devenir comme Dieu et tout savoir de l’avenir, du présent et du passé. Mais en contrepartie, elle ne pourra plus s’incarner, maintenue dans la dimension étrange où son être continuera à flotter, isolée du monde réel où l’attendent ses parents, celui de l’Histoire humaine que la Mort souhaite la voir détester, stratégie à laquelle Norifumi s’opposera dans le plus étonnant combat qui puisse s’imaginer.

Explorant comme un plasticien et un designer, il est architecte, une expression originale qui nous plonge dans la chair, le sang et la pensée des êtres, Jean Marc Rivet fait évoluer ses personnages de livre en livre dans des aventures dont chacune peut se lire séparément.

L’avis de Cyrallen :

« L’air est plein du frisson des choses qui s’enfuient. » Baudelaire

Ainsi débute "9999 Norifumi" qui nous fait de nouveau partager les aventures de Léa et Norifumi mais aussi de leur bébé Garance dont la naissance est au centre du roman. En parallèle de la naissance difficile de Garance (9999 secondes pour naître, d’où le titre), on apprend beaucoup d’éléments concernant le lieu des évènements, Orslland.

Il s’agit d’un agrégat d’îles planètes dont les habitants, les Gobors, ont la particularité d’avoir une croissance illimitée de leurs membres et autres diverticules durant leur vie. Ils rêvent ainsi pour la plupart de ressembler aux "symétriques" dont la beauté les complexe et certains vont même jusqu’à se mutiler régulièrement de leurs doigts qui repoussent sans cesse.

L’évènement de l’année sur Orslland, c’est le recrutement très attendu de nouveaux jeunes musiciens dans l’orchestre Philharmonique dont l’audition déplace des foules. Il faut dire que l’entrée dans l’orchestre est extrêmement sélective, une génération entière de jeunes Gobors et symétriques se présente année après année, parmi lesquels seuls dix seront élus.

Par un concours de circonstances, Léa doit accoucher en même temps qu’Akhmé, qui n’est autre que l’épouse "symétrique" du musicien-star gobor d’Orslland : Hart Mayoche. Celui-ci vient d’ailleurs d’être victime d’un attentat et se trouve dans le coma quelques chambres plus loin. L’accouchement d’Akhmé se passant mal, Norifumi va intervenir, mais les conséquences seront redoutables : le bébé de Norifumi et celui d’Akhmé vont échanger leurs destins au moment de la naissance… et la Mort qui était venue pour le fils d’Akhmé, va proposer un marché à la fille de Norifumi : l’omniscience pendant 9999 secondes… Seulement le marché est truqué et Norifumi va tout faire pour que Garance s’en rende compte avant qu’il ne soit trop tard.

Beaucoup de thèmes graves sont abordés dans ce nouveau roman de Jean-Marc Rivet : le racisme et l’intolérance, les fantasmes et le sexe, l’art et l’image de soi, la tentation de l’omniscience et de la mort… Un roman à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes, certaines séquences pouvant choquer. L’écriture est toujours aussi énergique, l’auteur prend encore de l’ampleur de par les thèmes développés, en conservant comme fil rouge le couple Norifumi/Léa.

A noter de très bonnes trouvailles, le peuple Gobor est très bien décrit, les phénomènes de mode et les traditions sur Orsllan aussi. On s’interroge sur sa propre société tout le long de "9999 Norifumi", roman qui vaut le détour et dont on espère que le style et les idées continueront de fourmiller dans la suite des aventure de Léa et Norifumi.


Réactions sur cet article

Aucune réaction pour le moment!



 
Propulsé par SPIP 1.9.2g | Suivre la vie du site RSS 2.0