L’Aube de Fondation T7

ASIMOV Isaac

Article publié le samedi 22 décembre 2007 par Cyrallen

Quatrième de couverture :

L’univers uni, c’est fini. L’Empire galactique se désagrège. Trente mille ans de chaos sont au programme. Et moi, j’en ai trop fait et je suis las. Oui, je m’appelle Hari Seldon et je vois que ce nom vous dit quelque chose. Tout ce que j’ai fait, c’est de poser les équations et d’agir. Les équations ne mentent pas. D’ailleurs vous le savez. Je ne voudrais pas jouer les prophètes, mais quand j’allume mon Premier Radiant, je lis l’avenir de l’humanité. Le chaos prévu sera réduit à un petit millier d’années. Je ne pourrai pas y veiller personellement, mais tout est en place. Je me suis laissé accaparer par ma tâche et, à l’heure de partir, je regrette d’avoir négligé les gens qui m’accompagnaient. Mais ce n’est pas moi qui ai décidé. Les équations ne me laissaient aucune échappatoire. Je continue à venir ici dans mon bureau. Je crois parfois y entendre résonner des voix, celles de mes parents, de mes étudiants, de mes collégues… de Wanda… mais les couloirs sont vides. La Fondation est faite et le bâtiment de psychohistoire ne sert plus à rien. La suite se passe ailleurs.

Isaac Asimov à été retrouvé mort à son bureau. Au service funèbre, très simple, il y eut une foule nombreuse. On reconnut le viel ami de l’écrivain, l’ancien Premier Ministre Eto Demerzel, qu’on n’avait pas revu depuis sa mystérieuse disparition. Après les funerailles, on le chercha en vain. Asimov a, dit-on, quitté cette vie comme il avait vécu, faisant face au futur qu’il avait créé et qui, réfracté par le Premier Radiant, se déployait davant lui à l’infini. Il avait travaillé cinquante ans à son merveilleux cycle des Temps à venir, dont L’aube de Fondation constitue à la fois le couronnement et l’ultime volume.

L’avis de Philémont :

La psychohistoire a été inventée par Hari Seldon. Celui-ci n’est apparu vivant que dans la toute première nouvelle de Fondation, Les psychohistoriens. Pourtant il est le personnage central de tout le cycle, tant il est marquant et son invention atemporelle. On peut donc imaginer sans peine qu’Isaac ASIMOV n’a pas eu trop de mal à trouver le sujet des deux derniers romans qu’il a consacré à Fondation.

Dans Prélude à Fondation, Hari Seldon a 32 ans et communique publiquement les axiomes de la psychohistoire. Il en conclut que si une projection probabiliste de l’avenir des sociétés humaines de l’Empire est théoriquement possible, sa réalisation effective est irréalisable tant les paramètres à modéliser sont innombrables. Néanmoins sa communication n’est pas passée inaperçue, et la psychohistoire a des conséquences politiques avant même sa naissance…

Dans L’aube de Fondation, on suit Hari Seldon de la quarantaine à sa mort, à 81 ans, période durant laquelle il est avant tout chercheur, mais également Premier Ministre de l’Empire. Durant ces quarante ans il développe discrètement la psychohistoire et seules quelques personnes haut placées en connaissent les potentialités. Là encore les implications politiques de cette science sont précoces…

Avec ces deux romans, ASIMOV relie donc parfaitement les prémices de la psychohistoire aux Fondations dont l’histoire nous est contée dans les deux séries initiales. Les ingrédients y sont d’ailleurs similaires : une rigueur exceptionnelle, quasiment scientifique, alliée à des intrigues pleines de suspens, le tout sous une plume d’une fluidité rarement égalée.

Bien sûr Prélude à Fondation et L’aube de Fondation n’ont pas la force des précédents volumes, en particulier celle de la première trilogie. En effet, ses nombreux lecteurs en connaissent déjà les tenants et les aboutissants, ce qui limite quelque peu l’intérêt de leurs intrigues. Néanmoins, ils ont aussi le plaisir d’en savoir un peu plus sur ce personnage éminemment charismatique qu’est Hari Seldon, ainsi que sur les événements qui ont présidé à la naissance des deux Fondations. Quant aux lecteurs qui découvriraient le cycle dans l’ordre chronologique de son intrigue, ils auraient avec ces deux romans une excellente introduction.

Que l’on soit dans l’un ou l’autre cas, il serait donc dommage de se priver de ces lectures.


Réactions sur cet article

Aucune réaction pour le moment!



 
Propulsé par SPIP 1.9.2g | Suivre la vie du site RSS 2.0