Abyme

GABORIT Mathieu

Article publié le vendredi 28 décembre 2007 par Cyrallen

Quatrième de couverture (Édition J’ai Lu) :

Enclave au sein des Royaume Crépusculaires, Abyme est un havre cosmopolite, haut lieu de la diplomatie, une cité phare majestueuse où dangers et guet-apens sont monnaie courante. Pour le farfadet Maspalio, c’est « sa » ville, qu’il connaît à la perfection pour en avoir exploré chaque sombre recoin, pour en avoir inlassablement arpenté chaque travée, place ou canal. Aussi paraît-il le mieux placé pour retrouver un démon qui a échappé aux abysses et rode désormais dans les ombres. A vrai dire, il n’a pas le choix : Vladitch, un Advocatus Diaboli, le tient sous sa coupe. Mais quand de surcroît un assassin se met a décimer ses proches, vivre en Abyme se révèle bien périlleux, même pour un ancien Prince-Voleur…

Mathieu Gaborit. Né en 1972, il s’est imposé immédiatement comme le chef de file incontesté de la fantasy de création française avec Les chroniques des Crépusculaires, révélant un talent exceptionnel de bâtisseur d’univers merveilleux. Il prolonge ici l’exploration de cet extraordinaire monde poétique, ténébreux et baroque en un polar échevelé, plongée fascinante dans les méandres d’une cité à nulle autre pareille.

JPG - 18.1 ko

L’avis de Philémont :

Maspalio, farfadet ancien Prince-Voleur, doit retrouver un démon qui s’est échappé des abysses et se retrouve malgré lui au cœur d’une conspiration mettant en péril sa vie et celle de la ville d’Abyme, dédale gigantesque et haut en couleur, dont le système politique est pour le moins complexe…

JPG - 19.5 ko

Mathieu Gaborit ne manque pas d’idées. C’est indéniable ! La carte de la ville en début de première partie est alléchante : dès la première page on a envie de se plonger dans cette ville complexe à souhait, et dont la forme concentrique nous fait imaginer une cosmogonie sophistiquée et passionnante. Et en effet, dans cette ville, évoluent des créatures hétéroclites issues de diverses traditions littéraires et/ou orales. Enfin, l’histoire elle-même s’écarte des sentiers battus de la Fantasy classique puisqu’elle est construite comme le plus sombre des thrillers.

Mais c’est justement cette profusion d’idées qui rend ce roman confus. La ville n’est que très peu décrite, et a fortiori expliquée, ou si peu que l’on ne peut que la comprendre partiellement. Pour un roman dont le titre est le nom de cette ville, cela ne peut qu’être décevant. Les personnages secondaires, nombreux, ne sont là que pour servir l’action ; leur psychologie n’est que très peu décrite et comme on se retrouve en présence de créatures très diverses, cela ajoute encore au flou qui entoure tout le roman.

En fait, seul le personnage principal occupe le devant de la scène. Maspalio, qui nous raconte la quasi totalité de l’histoire, n’est que très peu dépeint : on aurait aimé en savoir plus sur sa vie, sur ce qui l’a amené à prendre sa "retraite", sur les raisons passées de ses actes présents, etc.

Je n’ai pas lu les Chroniques des Crépusculaires, qui ont très bonne presse, en dépit de l’avis mitigé de Cyrallen. J’ai peut-être eu tort car, sans remettre en cause ce qui a été écrit sur cet autre roman, Abyme ne m’a vraiment pas donné envie d’aller plus avant dans ces Royaumes.

JPG - 29.7 ko

Extrait :

1- Dans un brouillard rouge vide, je distingue une silhouette.
L’Incarnat.
Dissimulé sous un large capuchon de laine noire, son visage aussi étroit que mon poignet s’orne d’un menton démesuré qui se prolonge jusqu’au bas-ventre. Mes yeux se focalisent sur son nez pointu, ses grands yeux cernés par un réseau de veines à fleur de peau.
Je m’évanouis. Le démon me réveille d’une claque cuisante sur la joue. Je sens son menton osseux m’effleurer. Je frissonne de dégoût et tente, d’une main molle, de chasser cet appendice monstrueux de mon champ de vision.
Noucelle claque. Plus lourde et plus douloureuse.
- Tu m’entends, farfadet ?
Cette fois, la claque m’arrache à la banquette et m’envoie rouler au fond de la gondole.
- Ca va… j’entends, soufflé-je.
- Continue ton enquête Maspalio. Retrouve cet Opalin et tâche d’être plus discret. Si tu réussis, les abysses pourront se montrer reconnaissantes.


Réactions sur cet article

Aucune réaction pour le moment!



 
Propulsé par SPIP 1.9.2g | Suivre la vie du site RSS 2.0